Joutes vestimentaires·Mon corps, mon ennemi ?

Une vision alarmante

Une vision alarmante

Elle sue, c’est effrayant. Niagara n’est plus un ancien duo mais le chant de son corps qui exprime sa douleur en pleurant de sueur. L’amie la plus intime de ma transpirante maîtresse est passée hier. Elle lui a dit « que fais-tu ? » (il faut comprendre que les mouvements de ma propriétaire ne permettaient pas immédiatement de deviner la discipline à laquelle elle s’était attaquée). Ma maîtresse a répondu, essoufflée mais déterminée au centre d’un cerceau, « je vise le beau ».

Pour ça, elle a visé haut. Les hanches. Sa zone de confort. Celle qui apprécie le plus se frotter aux accoudoirs du canapé. Le problème de ma maîtresse, c’est qu’elle a beau avoir des visions d’elle et d’un homme au corps parfait, elle ne sait pas viser. Son premier compagnon était un jeune champion de snooker, il sait de quoi je cause. Le seul exploit de visée qu’elle a réussi à accomplir, c’est le jour où elle a lancé de rage un rocher Suchard en direction du mur du salon. Avant d’atteindre le mur du salon, il a rencontré un obstacle de taille, le nez du dit-compagnon alors qu’il faisait les cent pas dans la pièce voisine.

Pour l’heure, laissons la suer dans l’espoir que ce personnage athlétique la remarque à la rentrée.

Ma vie de penderie·Mon corps, mon ennemi ?

Elle va enfin aimer l’école

Depuis que ma maîtresse s’est retrouvée sans article à rédiger, elle a découvert les us et coutumes de l’école aux heures de grande affluence. Ainsi, à 16h, lundi dernier, elle a dû récupérer la princesse au nez crotté et la princesse aux pieds nus à deux endroits différents. Le premier soir, n’ayant pas le don d’ubiquité, elle a opté pour la maternelle en premier. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle est tombée nez à nez avec le beau papa rencontré dans le bureau de la secrétaire. Le destin a voulu que la princesse au nez crotté soit dans la même classe que le fils de monsieur.

Ma maîtresse, rose et échevelée selon les propos rapportés par son combishort, lui a demandé comment récupérer deux enfants à deux endroits différents en même temps. Le bel homme lui aurait répondu qu’il n’en savait pas plus qu’elle.

Comme j’ai la maille fine, je suppose qu’il n’est pas plus habitué qu’elle aux règles de l’établissement.

Amusant comme soudain elle trouve sa condition de femme pauvre bien plus douce…

… et comme elle se découvre un appétit grandissant pour le fitness en ligne.

 

Photo extraite du compte Instagram des Culottes